MBSR - ses origines

Proposé au départ au personnel soignant de l’hôpital pour les aider à mieux gérer le stress avec des résultats très encourageants, Jon Kabat Zinn l’a ensuite proposé aux malades pour réduire le stress dû à la maladie, aux douleurs chroniques et aux traitements pénibles. Là aussi, la méthode a fait ses preuves en réduisant de manière spectaculaire le stress et en améliorant la qualité de vie des patients.

Depuis les années 80, ce programme s’est enrichi et s’est considérablement répandu ces dernières années en Europe.

En 1995, Zindel Segal, professeur du département de psychiatrie de Toronto, J. Teasdale et M. Williams combinent la MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) à des outils de thérapie cognitive pour proposer le programme MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy) comme intervention de prévention de la rechute dépressive. En effet, après un épisode dépressif, la probabilité est de 50 % d’en faire un second, et de 80 % d’en faire un troisième.
La dépression est donc un véritable problème de santé publique.

Le programme se développe aujourd’hui dans les entreprises, les hôpitaux, les écoles, les universités, les prisons.

Plus de 60 000 personnes ont aujourd’hui suivi ce programme. Plus de 5000 médecins et d’innombrables professionnels du soin de par le monde s’y réfèrent dans leur travail quotidien lorsqu’ils sont aux prises avec la souffrance humaine.

« La pratique de la méditation diminue à court terme considérablement le stress, l’anxiété, la tendance à la colère et les risques de rechute chez les personnes ayant vécu au moins deux épisodes de dépression grave. »

Jon Kabat-Zinn.

« Être pleinement conscient de l’instant et de ses sensations, pensées et émotions : cette attitude prônée par les sagesses orientales suscite l’intérêt des neuroscientifiques et des psychologues, car elle favorise un état mental qui prémunit contre le stress et la dépression. »

Partager